gsm

  • Y comme infirmier

    y.jpg

    Et oui , la plupart de mes jeunes collègues font parti de cette génération.

    Je me sens parfois dinosaure face à ces petits "trésors".

    Né entre les années 80 et 2000 , nos petits Y sont né avec le digital,

    Et pour eux beaucoup de choses sont normales et banales.

    Le Y  s'adapte avec une facilité déconcertante à son nouvel environnement

    s'y investit mais ne compte pas y faire carrière longtemps.

    Il lance des phrases du type :

    " Je ne comprends pas comment tu as pu resté depuis 12 ans dans le même service

     Moi , je ne vais pas m'encrouter ici ! "

    Il est curieux , il veut plus , il veut mieux.

    Des nuits oui mais motivées que par les congés qui les suivent

    Il clame qu'il est crevé et que le métier ne s'accorde pas avec sa vie privée.

    Congé pendant l'été , peu importe les priorités

    Gsm greffé à son uniforme ,

    Répondre quand cela vibre ,

    Dans la chambre , dans les couloirs ou autre lieu non conforme

    Lors des transmissions aussi il s'en sent libre.

    De cela dépend son équilibre.

    Le dinosaure que je suis , n'a peu être pas tout compris

    J'éteins mon portable

    et pendant les heures de boulot , je ne suis joignable

    Que par le poste fixe de mon service.

    Pendant les soins , je me focalise que sur le patient

    Evident !

     

     

  • Multifonction....

    nettoite Un week -end

    Une patiente sonne pour demander de faire venir quelqu'un pour ramasser un vase qu'elle avait accidentellement fait tombé....

    J'arrive avec ma brosse et ramassette pour ranger un peu tout cela ;  rien de bien inhabituel , ni de bien grave !

    Elle me demande quand arrive les repas  , je lui repond que l'on termine les soins puis la distribution des médicaments et que nous arrivons le plus vite que nous pouvons . Elle nous lance que nous faisons un peu de tout et surtout des choses en dehors de nos fonctions ....

    Frotter et désinfecter les lits , les tables de nuit et même vider les poubelles parfois !

    On ne s'ennuie pas ! Si cela continue  , on nous demandera bientôt de prendre le balai et de faire le ménage !

    Parfois on se demande pourquoi il y a un tel manque d'attrait pour cette profession .

    Recrutons mais hélas il n'y a plus grand monde au portillon !

    On en rit mais savez vous qu'en Hongrie , certains hopitaux proposent pour avoir du monde de refaire le " balcon " si vous signez un contrat ! La preuve !

    Et vous trouvez cela sain !

    Chez nos voisins flamands , un hopital tente d'attirer du personnel hospitalier en lui donnant , je vous assure  , des avantages en nature  , tel qu'une voiture de fonction ou pour son (futur) personnel des packs audiovisuels ....

    Si on était déjà un peu plus prise en considération ; ce n'est pas une profession que l'on fait pour le " pognon "! C'est juste un métier que l'on aime et que l'on a  dans les veines ! Il implique tant de  sacrifices autant sur le terrain ( horaire , etc) que sur le plan privé ! Pourtant même après 15 ans , je suis toujours  là !

     

    a+

     

  • Petite leçon...

    inf8

    à une mêle -tout !

    Je travaille dans un milieu essentiellement féminin !Et dans le groupe , il y une gentille collègue très bonne infirmière , mais aussi très curieuse. Elle sait , je pense ,tout ce qui se passe dans la clinique , au courant de la moindre rumeur qui circule dans les couloirs ! En sa présence , moins on en dit , mieux cela vaut ! Elle a râté sa vocation de grand reporter!

    Après une nuit plus calme , j'avais terminé de tricoter une petite housse pour mon gsm  !Elle était là sur la table de notre salle de repos! Elle arrive avec l'équipe du matin!

    Directement , elle va examiner l'objet en question et lance son "c'est quoi" habituel!

    Aussi spontanée que possible , je lui lance que c'est un chauffe zizi pour mon compagnon et oui , je rajoute , comme c'est l'hiver , c'est pour ne pas qu'il prenne froid! Ma collègue pique un fard , on éclate tous de rire ! Elle me dit qu'elle a eu un moment de doute et que pendant trois secondes ,elle y avait cru!

    Sacrée collègue!